C’est avec stupeur que nous lisons cette publication sur la page du DotA Fast Cup Madagascar. Si la première édition du DFCM s’est terminée par la victoire de l’équipe AOH (Ah Oui Hein), cette deuxième édition n’affiche aucun vainqueur.

Voici le communiqué officiel de l’organisateur, Mampi Iarimampianina:

Pour cette édition, on voulait faire s’ouvrir plus sur la scène internationale en faisant participer une équipe basée en dehors du pays. A l’instar de tournois comme Star Cloud, JoinDota, FaceIt, etc… C’est le premier pas vers une reconnaissance internationale parce que soyons réalistes: pour la communauté mondiale DotA 2, Madagascar n’existe même pas. Il faudrait commencer à faire des efforts pour être entendu. Et si on se fait entendre, si la communauté malgache se faire reconnaître, on peut commencer à espérer un retour positif de Valve à notre égard. Et on a voulu dans ce sens. Seulement : Erreur ! Mauvais timing ! On aurait dû rester sur une formule purement locale.

Conclusion : impossible de faire des matchs convenables sur Luxembourg, pas de champion et Madagascar n’est pas prête pour jouer sur la scène internationale.

DCFM2 a été une édition remplie de problèmes (La fermeture de Galaxy Gaming, l’arrivée de DotA 2 Reborn, les problèmes de Telma). Tout ça, ayant engendré le problème des matchs de la team NK.

La fermeture de Galaxy Gaming

On a perdu un important partenaire. Il assurait une stabilité logistique avec ses machines puissantes et le nombre de postes disponibles. C’est vraiment dommage. Ça nous aurait évité les gros problèmes de crash en pleine partie et les lags des parties en local.

L’arrivée de Dota 2 Reborn :

Reborn est clairement encore une bêta. Avec son arrivée, on a eu droit aux bugs des replays, bug du mode spectateur en local, bug des serveurs dota2, bug de différents mécanismes du jeu, les crashs du jeu… trop de choses qui entechent le bon déroulement du tournoi.
Durant le jour 1, les serveurs DotA 2 étaient divisés en deux (une partie dédiée à Source 1 et ou autres dédié à Source 2). Et Durant le jour 2, les serveurs étaient encore en phase d’ajustement à Source 2 puisqu’il était devenu le client principal du jeu juste deux jours avant. Alors qu’on pouvait s’accommoder de jouer online auparavant avec 250ms sans packet loss, c’est devenu impossible à présent de faire des matchs online sérieusement avec un ping instable et 5% de packet loss constant.

Telma :

L’instabilité du réseau Telma est déjà connu de tous ceux qui jouent en ligne, il n’y a plus grand-chose à dire. (We know that feel. Point GG)

La team NK :

Nam Kebab est une équipe composée d’anciens résidents de l’ile (Malgaches et étrangers) qui a pris part au tournoi. Seulement, n’étant pas basée à Antananarivo, tous leurs matchs devaient se disputer sur le serveur Luxembourg. Seulement, avec tous les faits énumérés précédemment, tous leurs matchs étaient précaires. C’est d’ailleurs pour ça que le point 16 du règlement de DFCM a été rédigé :

« 16 –  Au vue des gros problèmes d’internet rencontré à Madagascar, Le tournois suivra les principes suivant comme suit :–  Pour les matchs sur Luxembourg, si le ping se détériore au court d’un match, ce dernier sera mis en pause. Si au bout de 10 minutes le ping ne s’améliore pas, le match sera reporté et on enchainera sur le match suivant.

– Pour les matchs sur Luxembourg, si le ping est resté mauvais durant le jour 1 rendant impossible pour l’équipe qui doit jouer sur ce serveur de disputer ses matchs, l’équipe en question devra être considérée comme « indisponible » et ne pourra plus participer au reste du tournoi. Eventuellement, il pourra être considéré l’entrée d’une équipe locale pour remplir le vide et disputera ses matchs durant le jour 2. »

Pas la peine de le cacher: on a été plutôt dégoutté du déroulement du tournoi. Des conflits, des décisions difficiles à prendre, des problèmes. Mais on remerciera toujours les équipes qui ont participé et qui font vivre la communauté, notamment les teams FOW et Akondro.Gaming pour avoir pris la décision d’arrêter leurs matchs contre NK en application du point 16 du règlement, quand ce n’était pas jouable au lieu de les continuer jusqu’à la fin.

Pour DFCM3, rien n’est sûr. Il faudra attendre de voir comment s’améliore DotA 2 Reborn avec ses bugs, trouver un partenaire qui comblera les ratés logistiques rencontrés durant cette édition, et espérer que le climat social à Madagascar ne se détériore pas trop.

La seule chose sûre pour DFCM3, c’est que tous les matchs se feront en local.

 

En images: le déroulement de ce DFCM2 (photos: Dota Fast Cup Madagascar)

Commentaires

commentaire

Zarazarao ♥
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •