Durant les temps anciens, le jeu vidéo était considéré comme étant seulement un loisir : rien de plus, rien de moins. Puis vinrent différents développeurs venus de chaque coin du monde pour proposer à son peuple de joueurs divers types d’expérience à travers le média. Certains leur donnaient la possibilité de suivre une histoire palpitante dans des univers fabuleux (Bioshock, Mass Effect, The Witcher…), d’autres leur permettaient d’aiguiser leur capacité intellectuelle (Portal, The Legend of Zelda, Les Chevaliers de Baphomet…), il y en avait même qui offraient à ces joueurs une certaine vision de l’art (Shadow Of The Colossus, Okami, Journey…). Parmi ces concepteurs respectés, il existe une entreprise japonaise qui s’est rapidement distinguée : From Software. Notamment connu pour avoir créé la franchise des Armored Core et des Tenchu, ce studio sera surtout reconnu pour avoir conçu un jeu un peu spécial, un jeu difficile et ardu qui proposera aux joueurs une expérience unique en son genre : celui du défi et de la persévérance, ce jeu… c’est Dark Souls.

fe93b34bc3d8953ff2521c75b3baf74ebca3ea3d

              Sorti des gouffres du néant en 2011 sur PS3/Xbox 360 et en 2012 sur PC, Dark Souls est un Action-RPG à la troisième personne s’orientant vers le Hack’n’Slash. L’histoire se déroule dans un univers Dark Fantasy dont le bestiaire comporte une très grande variété de créature allant de la goule répugnante aux imposants dragons. C’est dans ce monde hostile que nous incarnerons une carcasse (un genre de mort-vivant) qui s’échappera d’une prison et cheminera à travers cette terre désolée.

Le jeu en question est réputé pour être dur… très dur et il a été volontairement conçu ainsi. Outre le fait que les ennemis font atrocement mal, le joueur se retrouve plongé dans l’inconnu sans trop savoir quoi faire et sans trop savoir où aller.

Par ailleurs, Dark Souls se particularise aussi par son ambiance sombre, glauque et sinistre accentué par un lourd silence durant la plupart des phases d’exploration ; la musique se met en marche seulement quand on se trouve à certain lieu et durant les combats contre les Boss. Et effectivement, il y a beaucoup de Boss dans le jeu et les affronter requiert de la détermination puisqu’il ne sera pas aisé de les vaincre.

« Le meilleur outil pour la narration est un monde dans lequel le récit vit. Un monde bien façonné peut raconter son histoire en silence » Hidetaka Miyazaki (concepteur de Dark Souls)

Mais si Dark Souls est aussi punitif c’est à cause des conséquences désastreuses de la mort du personnage. En effet, quand notre héros meurt, et bien il perd toutes les âmes qu’il a récolté. Les âmes sont les seules ressources du jeu, elles nous permettent de réparer ou d’acheter de nouveaux équipements et servent surtout à monter notre niveau. On peut les obtenir en tuant des ennemis ou les ramasser sur des cadavres éparpillés un peu partout. C’est pourquoi il n’est pas très préférable de mourir quand on a abondamment d’âmes en poche.

              Côté Gameplay, le jeu introduit un système de combat très basique mais efficace. On peut attaquer avec un coup faible mais rapide ou un coup puissant mais assez lent. Cependant on ne peut pas attaquer continuellement à cause d’une jauge d’endurance qui diminue à chaque attaque (histoire de rendre le jeu encore plus difficile) et quand cette barre est vide on ne peut ni attaquer ni esquiver. Les affrontements nécessitent une certaine adresse et un timing minutieux pour éviter de se prendre un violent coup. Concernant les armes, le joueur a à sa disposition une palette d’équipement très diversifié : épée, bouclier, lance, marteau, arc… . Le hic (oui encore un) c’est que certaines armes nécessitent d’avoir des statistiques en « force » ou « dextérité » pour être parfaitement maîtrisé. Bref, il faut un peu de temps au gamer lambda afin de s’habituer à tous ces paramètres et ces principes.

Dans Dark Souls, il existe aussi un mode multijoueur qui permet d’invoquer un ami pour nous aider à combattre un boss ou bien d’envahir le monde d’un autre joueur pour l’affronter. Ceci dit, il est parfaitement possible de finir le jeu sans avoir recours à ce mode.

191040

Evidemment, le jeu possède aussi des défauts. En effet, la caméra capricieuse et les problèmes techniques liés au graphisme évoqueront les principales imperfections du titre. Les temps de latence à certain endroit n’améliorent pas non plus les choses. Néanmoins, Dark Souls possède une direction artistique majestueuse et il n’est pas rare qu’on soit ébahi face à certains paysages ou face à certains ennemis dont le design est juste sublime. L’ambiance est angoissante et menaçante et nous rappelle qu’il faut faire attention où nous marchons car la mort guette à chaque recoin. Les environnements sont vastes et sombres remplis de créatures plus agressives les uns que les autres. Le scénario est subtil et nécessite un certain investissement de la part du joueur pour en saisir tout le contenu. L’univers est riche avec un background peinturé par un bestiaire et des armements variés. Et finalement, le challenge est le cœur du jeu qui insuffle une expérience singulière à tous les joueurs habitués aux succès faciles. Si vous aimez les défis ou mettre vos capacités à l’épreuve, Dark Souls est incontestablement le jeu qu’il vous faut.

Commentaires

commentaire

Zarazarao ♥
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Dark Souls : Prepare to Die… again and again
Ardu mais permet au joueur de persévérerUnivers riche sans verser dans l’excès Vestiaire et équipements variés Durée de vie conséquenteAmbiance d’une noirceur mirifique Présence de Boss titanesque (réjouissant à combattre)
Temps de latence à certains endroitsCaméra frustrante par moment Mal optimisé
4.5Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis